Le spécialiste du jardin japonais en France

Shintoïsme

shintoisme

Le shintoisme est l’ancienne religion du Japon, tradition encore vivante de nos jours au Japon sous différentes formes ainsi que sous forme de syncrétisme avec le bouddhisme.

La croyance principale du shintoïsme est le culte des kami, qui sont des esprits qui habitent le monde naturel. Des paysages et des forces de la nature aux personnes et aux animaux (vivants et morts), tous les objets sont censés avoir un kami.

Les kami, contrairement au concept occidental des dieux, ne sont ni omnipotents ni parfaits. Comme les humains, ils font parfois des erreurs et se comportent mal. Le but est que l’humanité s’efforce d’illustrer les qualités d’un bon kami.

La célébration de la naissance d’un bébé a lieu au sanctuaire shintō. Il y a aussi des visites au sanctuaire les troisièmes, cinquièmes et septièmes anniversaires pour les bénédictions du prêtre Shintō.

Il y aura également une visite au sanctuaire entre le 1er et le 10 janvier de l’année de leur vingtième anniversaire pour célébrer leur passage à l’âge adulte. Le 10 janvier est une fête nationale célébrant « The Coming of Age », et c’est la date officielle afin de devenir adulte pour toute personne née cette année-là.

La cérémonie de mariage peut être chrétienne ou shintō, mais le mot « sanctuaire » est la traduction standard faisant référence à la structure shintō, et « temple » est le terme standard utilisé pour la structure bouddhiste.

Cette séparation remonte à l’ère Meiji de 1868 à 1912, lorsque des efforts ont été faits pour séparer les indigènes de la religion shintō issue du bouddhisme.

Un prêtre bouddhiste sera chargé des funérailles. Sur les 27,1 millions de personnes vivant au Japon, 109 millions se disent shintō et 96 millions se disent bouddhistes. Qu’ils soient shintō ou bouddhistes, ils s’uniront dans le culte des ancêtres.

La vie quotidienne, la culture et même la langue sont fortement influencées par ces pratiques et croyances en raison du mélange religieux shintō et bouddhiste. Mais pour les missionnaires, les pasteurs indigènes et les évangélistes, cela crée un énorme obstacle à la séparation chrétienne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.